Aidez vos enfants à ne plus stresser avant un contrôle

Récemment, au cours d’un séjour CeQueJeVeuxFairePlusTard, nous faisions un apport théorique sur le stress et l’une des participante, à la fin, dit : “Je me suis rendu compte que quand j’avais un contrôle, je n’allais pas mourir”.

Cette phrase m’a marquée ! En effet, le stress intervient d’abord pour nous sauver la vie…

stress-bac-604x339

Le stress : comment l’expliquer ?

Évidemment, c’est un raccourci, mais le sens est là ! En effet, le stress est une réaction automatique qui se rapproche de l’instinct de survie : il intervient pour nous sauver la vie en situation de danger imminent.
Un exemple : vous traversez la route et une voiture arrive droit sur vous…
Votre réaction instinctive : vous vous figez pour ne pas vous faire renverser.
Vous n’avez pas contrôlé votre réaction : tout s’est fait en une fraction de seconde, c’est votre corps qui, instinctivement, a provoqué une réaction de survie.

Reprenons notre situation de départ : avant un contrôle, il est sûrement déjà arrivé à vos enfants de ressentir du stress. Il se manifeste sous une multitude de formes en fonction de la situation et de la personnalité de chacun : troubles du sommeil, agressivité, accélération du rythme cardiaque, tensions musculaires, transpiration, souffle court, etc. Toutes ces manifestations physiques sont les témoins d’une mise en marche du corps pour faire face à une situation dangereuse. Or, on le sait, un contrôle est loin d’être une situation dangereuse, et le stress n’est pas une réponse efficace ou adaptée.

sire_3004825_1.jpg47

Comment éliminer le stress ?

L’idée, pour diminuer leur stress, est d’aider vos enfants à prendre du recul sur la situation et à les faire relativiser. Ainsi, vous les aidez à gagner en sérénité et à aborder les situations “stressantes” avec plus d’aplomb et de confiance.
Il existe une multitude d’exercices pour calmer les états de stress. Je vous propose aujourd’hui un exercice qui travaille sur la “Pyramide moyens/exigences”, que vous pouvez utiliser avec vos enfants avant un contrôle par exemple.

zen-student

1ère étape : demandez à votre enfant quelles sont ses exigences par rapport à la situation.
Par exemple : avoir 15/20, que le sujet tombe sur tel chapitre, réussir à tout finir, être détendu, ne pas oublier ma leçon, éviter les fautes d’inattention, etc.

2ème étape : demandez à votre enfant quels sont les moyens dont il dispose pour répondre à ses exigences.
Par exemple : réviser en avance, refaire des exercices, être attentif en cours, etc.

3ème étape : aidez-le à réduire ses exigences au maximum – et à les cantonner à ce qu’il peut “contrôler” (par exemple, il ne peut pas choisir lui-même le sujet du contrôle…)

4ème étape : avec lui, essayez d’augmenter au maximum le nombre de moyens à disposition, même s’ils sont farfelus ou pas directement liés au sujet.
Par exemple : prendre un bon petit déjeuner, faire du sport la veille, réciter ma leçon en chantant, expliquer un exercice à son petit frère de 2 ans, etc.

Ainsi, vous lui permettez de prendre du recul par rapport à la situation et de pouvoir agir sur ce qui lui arrive : il peut, lui-même, mettre des moyens concrets et réalisables au service de ses exigences !

Et n’oubliez pas : pour vous comme pour lui, un contrôle n’est pas un danger !

Enjoy :)

Question/Réponse : Ma fille me sollicite énormément pour ses devoirs et elle a des difficultés à travailler seule ; comment l’aider à gagner en autonomie ?

Ma fille me sollicite énormément pour ses devoirs et elle a des difficultés à travailler seule ; comment l’aider à gagner en autonomie ?

Certains ados (et c’est vrai aussi pour les adultes !) préfèrent être entourés que de passer du temps seuls, y compris pour étudier. C’est sans doute le cas de votre fille ! Elle apprécie votre présence lorsqu’elle travaille et vous sollicite souvent : cela signifie qu’elle a besoin de votre soutien et de votre présence dans ses études. Plus qu’un manque d’autonomie, cela reflète probablement l’importance qu’elle accorde au contact humain.

devoirs-ado

Vous pouvez aborder ce sujet avec elle pour comprendre ce dont elle a vraiment besoin : est-ce qu’elle a réellement besoin de votre aide ou est-ce uniquement votre présence qui est importante ? Vous pouvez par exemple lui proposer de travailler dans la même pièce que vous, le simple fait d’être près de vous sera peut-être suffisant. Vous pouvez également l’inviter à travailler avec des amis, elle appréciera sûrement de pouvoir partager des moments de travail avec ses camarades de classe !

Cela peut aussi être un manque de confiance en elle ou un réel besoin d’accompagnement sur une matière scolaire par exemple, et c’est encore autre chose…

Changement de classe, changement d’amis : comment l’accompagner ?

Votre enfant a changé de classe (déménagement, choix d’orientation, changement de lycée, etc.). C’est une période difficile, une période de transition où beaucoup de choses changent pour lui.

Il va passer par différents états émotionnels

Un peu comme dans les étapes difficiles de la vie, votre enfant va sûrement passer par plusieurs états émotionnels pendant cette période.
ados rale
Il va d’abord être en colère : “Cette classe est nulle ! Les garçons, ce sont des intellos et les filles restent toutes entre elles, je n’arrive pas à trouver ma place”, “Ma classe d’avant était bien mieux”, “J’aurais mieux fait de…”, etc.

Puis triste : “Je ne veux plus aller en classe”, “Mes copains me manquent”, etc.

Ces étapes sont normales et naturelles, et vous pouvez l’accompagner pour les traverser plus sereinement.

Comment l’accompagner ?

  • Écouter et observer

Il est très important de bien écouter votre enfant : en général, quand les choses sont dites, ça va tout de suite mieux ! Cela l’aidera beaucoup de pouvoir échanger avec vous.
Il est aussi primordial d’observer ce qui se passe concrètement pour en savoir plus sur son état et ce qu’il ressent. Par exemple, vous remarquez qu’il va de moins en moins souvent à la cantine et qu’il préfère rentrer à la maison pour des prétextes divers et variés. Cela vous permet de comprendre que cela lui pèse de ne plus retrouver son groupe d’amis habituel pour aller déjeuner.

supportive parents

  • Rassurer et réconforter

Rassurez-le ! Expliquez-lui que c’est parfaitement normal de vivre cette situation et de ressentir de la colère, de la tristesse, du manque, etc.
De la même façon, vous pouvez le réconforter, lui montrer que vous êtes là pour lui dans cette transition et que vous comprenez ce qu’il traverse. Il est important de ne pas nier ou minimiser ce qu’il vit pendant cette période. Chaque âge a ses problèmes et l’intensité est tout aussi forte à l’enfance ou à l’adolescence qu’à l’âge adulte.
Vous pouvez également l’encourager à voir ses amis “d’avant” en dehors des cours, afin qu’il se retrouve dans une ambiance connue et qu’il puisse se ressourcer.

  • Être à l’affût des bonnes nouvelles

Mettez l’accent sur toutes les bonnes nouvelles qui se présentent pour lui faire voir “le verre à moitié plein”. Par exemple, s’il a un projet de groupe avec des camarades et qu’il est content du moment partagé avec eux, encouragez-le à les revoir de nouveau pour réviser une autre matière par exemple.
Ainsi vous l’aidez à prendre conscience des aspects positifs de cette nouvelle situation et lui permettez d’en construire de nouveaux.

bonne nouvelle
Dans tous les cas, il faut accepter que la transition prenne du temps : c’est normal qu’il traverse ces phases et ces émotions. L’important est de l’accompagner et qu’il se sente écouté, compris et rassuré ! C’est comme ça que vous l’aidez dans la transition, afin qu’il prenne sa place dans un nouvel environnement.

Enjoy :)

Question/Réponse : pour son orientation, ma fille hésite entre médecin et styliste, comment l’aider ?

Pour son orientation, ma fille hésite entre médecin et styliste, comment l’aider ?

Pour moi, un métier doit correspondre à ce que l’on aime et à ses motivations profondes. La première chose que vous pouvez faire, c’est donc lui poser la question : “Pourquoi médecin ? Pourquoi styliste ? Qu’est-ce que tu apprécies dans ces métiers ?”

Car il y a 100 façons d’être médecin et presque autant d’être styliste ! L’important est de retrouver le point commun qui l’attire dans ces métiers.

Group of Hands Holding Tablets with People's Faces

À partir de là, quand vous avez trouvé ses motivations profondes, il est plus facile de l’aider : ces motivations correspondent aux ingrédients qui lui permettent de s’orienter et de prendre les bonnes décisions en se posant les bonnes questions.

Elle peut alors se poser la question : quel est le métier qui me permet d’être au plus proche de mes motivations profondes ?

Question/Réponse : filière technologique ou filière générale ?

Bonjour à tous,

J’inaugure aujourd’hui un nouveau format d’article que je vous proposerai régulièrement (en plus des autres articles « classiques » du blog) : le format question/réponse.

Je vous invite à me poser des questions dans les commentaires ou via le formulaire contact, et j’y répondrai sur le blog !

quesiton reponse

Pour ce premier article « question/réponse », parlons d’orientation !

Mon enfant souhaite s’orienter, après le brevet des collèges, vers une filière technologique. Je préférerais pour ma part qu’il se dirige vers une filière générale, pour qu’il « mette toutes les chances de son côté ». Ai-je raison ?

Parfois, s’orienter vers une filière technologique permet de se réconcilier avec l’école, d’aller vers des activités plus concrètes et pratiques que théoriques. Cela peut aider votre enfant à retrouver un sens à l’école et le motiver à travailler et à s’impliquer. D’ailleurs, cela ne signifie pas qu’il s’arrêtera là ! Aujourd’hui, il existe de plus en plus de passerelles qui permettent de faire la transition entre les filières technologiques et des formations traditionnellement réservées aux filières générales. Voyez plutôt cela comme un moyen, et pas une finalité !

orientation

D’autre part, ce qu’il est important de savoir, c’est pourquoi il souhaite s’orienter vers une filière technologique ? Est ce que c’est parce qu’il a peur de ne pas réussir ailleurs ? Est-ce que c’est parce qu’il en a marre de l’école ? Ou est-ce vraiment ce qu’il souhaite faire ? En fonction de la réponse, vous serez à même de l’accompagner au mieux dans sa démarche.