Question/Réponse : Mon fils est très stressé à l’école, il a besoin de tout prévoir en avance et le moindre contretemps l’angoisse ; comment l’aider à s’apaiser ?

Mon fils est très stressé à l’école, il a besoin de tout prévoir en avance et le moindre contretemps l’angoisse : comment l’aider à s’apaiser ?

Peut-être que votre fils a besoin, pour se rassurer, d’organiser et de planifier son temps. Pour certaines personnes, il est essentiel d’avoir des repères (temporels par exemple) pour se sentir bien.

A-Fotolia-300x200

Vous pouvez identifier, avec lui, les éléments qui lui permettraient d’être rassuré. Cela peut consister, par exemple, à établir un planning sur la semaine pour organiser ses devoirs et ses révisions. S’il est doué pour le rangement, l’organisation, encouragez-le à utiliser ces atouts pour faire face aux situations qui lui procurent du stress. Planifier les choses en avance, être dans un environnement ordonné, être sûr d’être ponctuel,…sont autant de choses qui lui permettent d’être plus serein

Retrouvez mes autres articles concernant le stress :

Posez une question à Marina Barreau : elle y répond dans un prochain article !

Être modélisant : pourquoi ? Et surtout comment ?

Quand on parle d’éducation, on parle souvent de l’importance d’être exemplaire, modélisant. Moi-même, c’est un principe qui m’est cher et que je m’efforce d’appliquer au quotidien : en tant que parent, et aussi en tant que manager.

Dans les séjours CeQueJeVeuxFairePlusTard, c’est aussi l’une des valeurs fortes que partagent tous les adultes qui accompagnent les jeunes.

Pour quoi faire ?

Être modélisant pour ses enfants, cela paraît évident ! Et pourtant, ça ne l’est pas toujours. Revenons ensemble sur cet aspect subtil et puissant.

  • Que vous le vouliez ou non… vous êtes son modèle !


Les enfants, par nature, reproduisent votre comportement : par “défaut”, vous êtes, en tant que parents, des modèles pour vos enfants. Depuis leur plus jeune âge, ils apprennent en vous observant : leur premier levier d’apprentissage est l’imitation. C’est comme cela que se font l’apprentissage de la marche et du langage par exemple. Et cela continue ensuite, notamment dans l’apprentissage de la politesse, des relations sociales, etc.

donner l'exemple
Ainsi, au-delà de tous les conseils, règles ou directives que vous donnez à vos enfants, le plus efficace reste de vous appliquer ces principes à vous-mêmes : rien de tel que la démonstration pour faire adopter les règles.

  • Sinon on tombe dans le “Fais ce que je dis, pas ce que je fais”


On connaît tous l’adage “Fais ce que je dis, pas ce que je fais”. En effet, si vous-mêmes n’appliquez pas les principes que vous inculquez à vos enfants, cela manque de congruence.

fais
Prenons un exemple exagéré : au restaurant, vous vous montrez malpoli avec un serveur (ton sec, absence de formule de politesse, air hautain). Quelques jours plus tard, vous réprimandez votre enfant qui n’a pas salué la boulangère. Même si le lien ne vous apparaît pas immédiatement, vous pouvez avec du recul déceler l’incohérence qu’il existe entre vos actes et vos paroles.

  • Vous lui montrez que ÇA MARCHE


La preuve par l’exemple est beaucoup plus puissante que tous les discours que vous pouvez avoir. En effet, vous pouvez expliquer pendantdes heures un concept à votre enfant : rien ne l’aide plus à comprendre que de vous voir l’appliquer.

petitsbateauxexemplarite
Prenons un exemple : vous êtes dans les embouteillages. La situation pourrait devenir un facteur de stress mais vous l’abordez avec sérénité, en profitez de ce moment pour écouter une émission de radio que vous appréciez. Le message envoyé ? “Je ne m’énerve pas quand je ne peux agir sur la situation, donc ce n’est pas un facteur de stress pour moi, voilà la conséquence directe et positive de rester calme”.

Comment ?

C’est dans le quotidien que vous pouvez adopter ce comportement modélisant : dans toutes ces petites choses du jour le jour que vous vivez ensemble. Ainsi, vous lui montrez que les règles s’appliquent à lui comme à vous.

Certaines choses sont évidentes : la cigarette par exemple. Difficile de faire vraiment comprendre à votre enfant que la cigarette est nocive si vous-même fumez beaucoup (invoquer son âge est souvent vain…). De la même façon, il est évident que si vous adoptez un langage grossier, ou avez des réactions violentes, votre enfant va reproduire ces comportements.

Happy together
Parfois, ce n’est pas si facile ! Quelques exemples :

  • La comparaison : vous avez maintes fois expliqué à votre fils qu’il ne sert à rien de se comparer – à ses amis par exemple (“Paul a de la chance, il a eu une nouvelle console lui”). D’un autre côté, il peut vous arriver d’utiliser la comparaison : “Ta soeur, elle, a de bien meilleurs résultats en mathématiques…”. À vous d’être attentif au quotidien !
  • Le partage : vous regrettez souvent que votre fille partage trop peu en famille ses petits soucis du quotidien (disputes avec ses amies, mauvaises notes, déprime passagère, etc.) et aimeriez qu’elle se confie d’avantage. Posez-vous la question : de votre côté, partagez-vous avec vos enfants les petits ennuis que vous vivez au travail ? Bien sûr, vous voulez les protéger, mais le comportement modélisant commence ici !

Même si c’est parfois difficile, être modélisant, ça paye ! Vous serez vous-mêmes surpris des résultats.

Enjoy :)

Question/Réponse : Mon fils veut toujours faire plus : il déteste perdre et est très mauvais joueur. Comment lui montrer qu’il n’y a pas que la compétition dans la vie ?

Mon fils veut toujours faire plus : il déteste perdre et est très mauvais joueur. Comment lui montrer qu’il n’y a pas que la compétition dans la vie ?

Peut-être que votre fils tire sa motivation dans la compétition ! Rappelez-vous de lui plus petit : était-il sensible aux défis, aux challenges (cap ou pas cap…) ? Parfois, ce comportement peut vous paraître étrange ou exagéré, et je comprends !Compet

Je vous propose de l’aider à utiliser cette motivation dans le “bon” sens, c’est à dire dans le positif. S’il aime la compétition, encouragez-le à participer à des compétitions sportives par exemple. De la même façon, au quotidien, invitez-le à se lancer des défis pour se dépasser (exemple : je me lance le défi de finir cet exercice en moins de 20 minutes). Montrez-lui que le fait de perdre est une formidable opportunité de faire encore mieux la prochaine fois.

Si la compétition fait partie de ses motivations primaires (pour en savoir plus, je vous invite à découvrir le livre blanc), cela lui donnera des ailes !

Posez une question à Marina Barreau : elle y répond dans un prochain article !

Aidez vos enfants à ne plus stresser avant un contrôle

Récemment, au cours d’un séjour CeQueJeVeuxFairePlusTard, nous faisions un apport théorique sur le stress et l’une des participante, à la fin, dit : “Je me suis rendu compte que quand j’avais un contrôle, je n’allais pas mourir”.

Cette phrase m’a marquée ! En effet, le stress intervient d’abord pour nous sauver la vie…

stress-bac-604x339

Le stress : comment l’expliquer ?

Évidemment, c’est un raccourci, mais le sens est là ! En effet, le stress est une réaction automatique qui se rapproche de l’instinct de survie : il intervient pour nous sauver la vie en situation de danger imminent.
Un exemple : vous traversez la route et une voiture arrive droit sur vous…
Votre réaction instinctive : vous vous figez pour ne pas vous faire renverser.
Vous n’avez pas contrôlé votre réaction : tout s’est fait en une fraction de seconde, c’est votre corps qui, instinctivement, a provoqué une réaction de survie.

Reprenons notre situation de départ : avant un contrôle, il est sûrement déjà arrivé à vos enfants de ressentir du stress. Il se manifeste sous une multitude de formes en fonction de la situation et de la personnalité de chacun : troubles du sommeil, agressivité, accélération du rythme cardiaque, tensions musculaires, transpiration, souffle court, etc. Toutes ces manifestations physiques sont les témoins d’une mise en marche du corps pour faire face à une situation dangereuse. Or, on le sait, un contrôle est loin d’être une situation dangereuse, et le stress n’est pas une réponse efficace ou adaptée.

sire_3004825_1.jpg47

Comment éliminer le stress ?

L’idée, pour diminuer leur stress, est d’aider vos enfants à prendre du recul sur la situation et à les faire relativiser. Ainsi, vous les aidez à gagner en sérénité et à aborder les situations “stressantes” avec plus d’aplomb et de confiance.
Il existe une multitude d’exercices pour calmer les états de stress. Je vous propose aujourd’hui un exercice qui travaille sur la “Pyramide moyens/exigences”, que vous pouvez utiliser avec vos enfants avant un contrôle par exemple.

zen-student

1ère étape : demandez à votre enfant quelles sont ses exigences par rapport à la situation.
Par exemple : avoir 15/20, que le sujet tombe sur tel chapitre, réussir à tout finir, être détendu, ne pas oublier ma leçon, éviter les fautes d’inattention, etc.

2ème étape : demandez à votre enfant quels sont les moyens dont il dispose pour répondre à ses exigences.
Par exemple : réviser en avance, refaire des exercices, être attentif en cours, etc.

3ème étape : aidez-le à réduire ses exigences au maximum – et à les cantonner à ce qu’il peut “contrôler” (par exemple, il ne peut pas choisir lui-même le sujet du contrôle…)

4ème étape : avec lui, essayez d’augmenter au maximum le nombre de moyens à disposition, même s’ils sont farfelus ou pas directement liés au sujet.
Par exemple : prendre un bon petit déjeuner, faire du sport la veille, réciter ma leçon en chantant, expliquer un exercice à son petit frère de 2 ans, etc.

Ainsi, vous lui permettez de prendre du recul par rapport à la situation et de pouvoir agir sur ce qui lui arrive : il peut, lui-même, mettre des moyens concrets et réalisables au service de ses exigences !

Et n’oubliez pas : pour vous comme pour lui, un contrôle n’est pas un danger !

Enjoy :)

Question/Réponse : Ma fille est très lente, elle a du mal à se mettre en mouvement et peut se montrer feignante. Comment faire pour la “bouger” ?

Ma fille est très lente, elle a du mal à se mettre en mouvement et peut se montrer feignante. Comment faire pour la “bouger” ?

Tout d’abord, sachez que certaines personnes ont besoin d’avancer à leur propre rythme : il est essentiel de respecter ce rythme pour ne pas les brusquer, ce qui serait contre-productif.

777e11cda4_lenteur

Je vous propose d’échanger avec votre fille sur le sujet : interrogez-la sur ses besoins et partagez avec elle votre inquiétude. N’oubliez pas : posez-lui des questions neutres et bienveillantes sans émettre de jugement de valeur (“Tu es flemmarde”, “Tu es lente”, etc.). Ainsi, vous comprendrez mieux sa façon de fonctionner et pourrez décider ensemble d’un mode de fonctionnement qui vous convient à toutes les deux (par exemple : je ne te force pas à faire tes devoirs en temps limité, et de ton côté tu t’engages à faire tes devoirs pour la date prévue par les professeurs).

Posez une question à Marina Barreau : elle y répond dans un prochain article !